Crazy Heart – Country Love.

d25b9e2d9e941456891fa89161e39fd2

Listening to : Jeff Bridges – Hold On You

 Chapeau de cowboy, cigarette, whisky & country music
Hier soir, auprès du feu, les couleurs chaudes de l’automne laissant peu à peu la place à la palette de gris hivernale. C’était l’occasion où jamais de jeter un oeil (attentif!) sur Crazy Heart (2010) de Scott Cooper, métrage aux multiples récompenses. Où la performance de Jeff Bridges lui à valu l’Oscar du meilleur acteur (En même temps, le mec à la gueule de l’emploi)
Il interprète un chanteur de Country un peu passé de mode, qui joue dans des lieux de seconde zone, et qui à un fort penchant pour les boissons alcoolisées. Un représentant de la country rock et de son mode de vie hédoniste, issu du Sud Ouest Américain. C’est une fresque touchante, et légèrement triste qui nous est offerte, où l’alcool et la musique ainsi que la paternité et la famille sont au coeur de l’intrigue.C’est au coeur de ce paysage qu’intervient Jean, le personnage de Maggie Gyllenhaal, une jeune journaliste qui entame sa carrière. Rapidement, sa relation avec Bad Blake dépasse le stade de l’interview…
Jeff Bridges, dans son interprétation, nous permet de comprendre les frustrations, cachées derrière l’ironie, et l’abandon de son personnage. Il devient très vite attachant, alors qu’a priori le vieux chanteur de country alcoolique ne l’est pas forcément. Le tout est bercé par une bande originale exceptionnelle, les chansons ponctue le film avec une justesse incroyable. « Pick up your crazy heart and give it one more try ». Composées par T-Bone Burnett et Stephen  Bruton et interprétées à merveille par l’homme du film, Jeff Bridges pour la plupart. Les apparitions de Colin Farell sont tout aussi agréable, dans un rôle discret mais qui a toute son importance. Toute la bande originale est à écouter en boucle (Bon, je suis un peu obsédée par la country et Jeff Bridges du coup…).

Si vous avez de bons films sur la musique n’hésitez pas!

5dcd62c6963b306c1934eddf31229ddf

Quand je dis qu’il a la gueule de l’emploi !

6491d47b8ad3071d55772575400660d5

313778cd79b15c98bb4cf19d3217ed6d

377b32560854be15912e8b7eb219f38c